Mardi, notre équipe de reporters s’est rendue au centre Saint Marc dans le 5ème arrondissement de Lyon, où se déroulaient en parallèle une session de formation générale et les...
AFOCAL
AFOCAL

Journal de bord d’une journée BAFA

Article de Elaine Commentaires fermés sur Journal de bord d’une journée BAFA

BAFA à LYONMardi, notre équipe de reporters s’est rendue au centre Saint Marc dans le 5ème arrondissement de Lyon, où se déroulaient en parallèle une session de formation générale et les approfondissements : « création de spectacles » et « activités solidaires : ici et là-bas ». Compte-rendu de la journée :

9h30 : Nous voilà donc parties pour assister à toute une journée de BAFA, aux côtés des stagiaires. Après une rapide visite des locaux, nous y retrouvons les candidats à l’approfondissement, déjà en pleine activité...

10h : La directrice de la session, Anne-France, nous explique le fonctionnement de l’approfondissement, basé sur 4 étapes indispensables : le retour sur l’expérience du stage pratique; des temps de réponse aux attentes des stagiaires; des activités liées à la dominante choisie; un projet d’animation avec des objectifs pédagogiques à rédiger par le stagiaire.

Chant BAFA

CCFD

10h30 : Nous passons un moment avec les stagiaires d’« activités solidaires : ici et là-bas », en plein jeu sur les inégalités dans le monde. Ils sont accompagnés par deux intervenants du CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement - Terre Solidaire), une ONG partenaire qui intervient régulièrement pendant toute la durée du stage. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les stagiaires sont venus des quatre coins de la France pour assister à cette session : Paris, Strasbourg, Bordeaux… Et s’ils sont là, ce n’est pas par hasard : beaucoup ont pour projet ou travaillent déjà dans l’humanitaire, et souhaitent mettre en œuvre des projets d’animation solidaires. Clément par exemple, aimerait sensibiliser les gens en montant avec les adolescents chez lui à Florac, une journée d’animations en extérieur qu’il a déjà baptisé« Micromonde ».

11h : Nous rejoignons cette fois les stagiaires de l’approfondissement création de spectacles, en plein exercice théâtral. Agnès, leur formatrice, les guide dans leurs actions : « vous promenez votre caniche…maintenant, il se transforme en bulldog !...vous peigniez un tableau…vous êtes à une exposition… ». Vient ensuite un travail sur la mimique et la gestuelle, où les stagiaires expérimentent différentes expressions sur leur visage, comme la peur, la joie, et l’étonnement ; avant de se lancer dans le jeu du miroir, où chacun reproduit le plus exactement possible les gestes de l’autre lors d’une scène de la vie quotidienne. Nous assistons pour finir à un exercice d’improvisation, où une histoire rocambolesque est inventée au fur à mesure des mots imposés aux stagiaires. Ce que l’on retiendra de ce groupe, c’est la motivation, le respect de chacun, et la bonne humeur générale qui s’en dégage.

Interview BAFA

12h15 : C’est l’heure de déjeuner pour tous nos stagiaires affamés ! Nous profitons de cette pause pour en savoir plus sur les motivations qui ont poussé les jeunes à s’inscrire à l’approfondissement création de spectacles : « Il y a une véritable utilité à connaître le monde du spectacle lorsque vous êtes animateur. Pour moi, c’est un véritable bagage » nous confie Edouard. Florian lui, est avant tout un musicien mais avait la volonté de découvrir le théâtre : « C’est une bonne approche pour quelqu’un comme moi qui n’a jamais fait de théâtre ».

BAFA Théâtre

BAFA Solidaire13h30 : Après une pause bien méritée, nous suivons cette fois les stagiaires de la formation générale, qui s’apprêtent à présenter leurs petits jeux. Les clés du succès d’un petit jeu ? : Un imaginaire dans lequel l’enfant pourra se projeter, avec un lieu original et des rôles attribués à chacun, un jeu bien rythmé et des règles bien expliquées. Ce type d’activités permet en outre aux enfants d’éveiller leur esprit d’équipe, d’acquérir une bonne coordination, de travailler leurs réflexes, mais surtout d’aller au-delà de leurs limites.

BAFA écologie15h : Nous revenons vers le groupe des activités solidaires, qui a maintenant fini l’installation de son grand jeu, auquel tous les stagiaires en approfondissement sont invités à participer. L’occasion aussi pour les organisateurs de sensibiliser à leur cause leurs camarades. Les jeunes sont alors répartis en cinq équipes, représentant des pays différents : Etats-Unis, France, Bolivie, Inde et Cote d’Ivoire, avec pour chacune un certain nombre de ressources alimentaires à sa disposition. Le but est de réunir tout les aliments demandés dans les quantités exactes, à force de trocs ou de marchandage. La difficulté réside bien évidemment dans le fait que tous ne sont pas égaux face au commerce mondial. Le jeu est rythmé par les interventions de Ségolène, la déesse du commerce, qui l’influence par des événements marquants. Un « espace de production » bafa jouerpermet aux joueurs d’acquérir les produits manquants. Et même si le jeu dégénère légèrement quand certains pays se mettent à voler des denrées aux autres, tout se déroule dans la bonne humeur. Enfin, contrairement à ce que l’on attendait, ce ne sont pas les Etats-Unis qui gagnent !

BAFA Jeux

BAFA France étranger15h45 : Le jeu fini, tous les participants se réunissent pour en débattre. La discussion est assez intense, surtout pour se mettre d’accord sur le gagnant. Mais, tous admettent à quel point il peut être difficile d’atteindre ses objectifs en matière d’alimentation. Et si certaines équipes ont eu recours à la triche, bafa francec’est parce qu’à leurs yeux, elles n’avaient aucune chance de gagner. Lors de la discussion, de nombreuses questions sont soulevées : Comment améliorer les échanges mondiaux, pour mieux favoriser les pays pauvres ? Doit-on produire pour satisfaire ses besoins alimentaires ou pour exporter ? Pour clore le débat, les organisateurs du jeu, forts de leur visite de la veille dans la boutique « artisans du monde », tentent de sensibiliser leurs camarades à la consommation locale et au commerce équitable.

17h : Après la pause goûter, c’est enfin l’heure pour tous d’évaluer ce grand jeu. Chaque groupe donne son opinion sur des sujets comme l’explication des règles, le choix de l’histoire, le décor, le déroulement du jeu, le rôle tenu par les animateurs... Dans l’ensemble, il ressort que le jeu était dynamique, bien expliqué et le débat très intéressant. Certains soulignent cependant le manque d’encadrement et proposent l’idée d’un tribunal pour juger les voleurs et les tricheurs.

BAFA Maquillage

18h : Après une journée riche en activités, nous quittons nos animateurs en herbe pour qui c’est aussi l’heure de rentrer !

Karine Gras
Stagiaire en communication

Bienvenue sur le blog régional de l'AFOCAL Auvergne-Rhône-Alpes ! Vous y trouverez nos actualités, reportages photos, (lire la suite...)